Collectiviser le travail de care –

organisation féministe contre la crise

Le travail de care est essentiel pour le fonctionnement de la société. Elle est la base du bien-être de tous. Le travail de care signifie prendre soin des autres et prendre soin de soi. Ce travail est principalement effectué par des femmes*, des personnes trans*, inter* et genderqueer* (FTIQ*), notamment des migrants et des salariés directs. Souvent à bas salaire, dans des conditions de travail misérables, invisibles ou non rémunérées. Assez !

Le travail de care rémunéré

Elle assure le fonctionnement des soins à l’hôpital, au Spitex, dans les maisons de retraite et de soins, le nettoyage, les soins au KiTa et dans les jardins d’enfants, le travail sexuel et le système éducatif. C’est un domaine professionnel féminisé. Cela signifie que le travail est «naturellement» attribué aux femmes et ne reçoit qu’une faible reconnaissance. Par conséquent, les salaires sont très bas, les conditions de travail restent mauvaises et les activités présentent un risque pour la santé des employés.

Le travail de care sous-payé est souvent confié aux migrants qui, à leur tour, sont exposés à des conditions de travail encore pires et risque de ne pas recevoir de prestations sociales. En même temps, on ignore que les soins sont une tâche sociétale et qu’ils ne peuvent pas être simplement transférés à des groupes de personnes précaires.

Le travail de care non-rémunéré

Dans le contexte privé de la famille et de la cohabitation en général, le travail de care est également transféré au FTIQ*. Par conséquence, nombreuses FTIQ* font face a multiples charges terribles. Ce sont surtout elles qui prennent soin des autres sur le plan émotionnel, se souviennent des anniversaires et apportent du réconfort. Cela aussi est un travail et demande énergie ! Cela leur impose une double charge énorme. La journée de travail officielle est prolongée de plusieurs heures, mais le travail de care effectué gratuitement et à titre privé n’est pas reconnu comme un travail.

Pourquoi faire la grève le 14 juin 2021?

  • La pandémie le montre plus clairement que jamais: ce ne sont pas les CEO, les banquiers, les propriétaires immobiliers, les fabricants de produits pharmaceutiques ou les entrepreneurs technologiques qui représente la base essentielle de notre société – mais tous les employées du secteur des soins. Les soins mutuels comptent plus que le profit. Nous ne voulons pas retourner à la «normalité» non-solidaire.
  • Les FTIQ* font des travaux de soins non rémunérés pendant tout au long de la vie. Comme ce travail n’est pas rémunéré, il n’est pas non plus comptabilisé pour la rente privée. Par conséquent, le risque de pauvreté dans la vieillesse est très élevé.
  • Le travail de care n’est pas seulement fait, mais aussi obtenu. Avoir besoin de care est également dévalorisé. La méritocratie considère que seules les personnes » en santé » sont utiles. En même temps, la «santé» devient un produit commercial, une marchandise qui peut être commercialisée. L’accès aux soins n’est pas non plus réglementé dans une manière juste : Si vous êtes victime de racisme, de transphobie ou si vous ne disposez pas d’un statut de résident régulier, l’accès aux soins est rendu plus difficile.
  • Déjà lors de la grève féministe de 1991, une question centrale était la visibilisation du travail de care (non) rémunéré. Jusqu’à aujourd’hui, trop peu de choses ont changé. C’est pourquoi, 30 ans plus tard, nous continuons à faire grève et à nous battre pour une société solidaire dans laquelle les soins mutuels sont au centre !

Comment contribuer pendant le 14 juin?

Si possible, arrêtez les travaux domestiques ce jour-là. Avec les amis, les mères, les voisins, en public et dans l’environnement immédiat. Montrez les problèmes dominants et le travail de care invisible. Faites du bruit aux moments communs dans toute la Suisse !

Inscrivez votre action sur le site web – de cette façon, la diversité des grèves devient visible !

Soyez créatives ! Soyez bruyantes et colorés ! Le 14 juin appartient à chacune d’entre nous !